Les défis territoriaux pour l’avenir de l’Europe au regard de la crise actuelle

Les défis territoriaux pour l’avenir de l’Europe au regard de la crise actuelle

Crédits – ESPON EGTC

Traduit depuis l’anglais – Article ESPON original – Territorial challenges for the future of Europe in the eye of the new crisis

 

Le projet ESPON ETRF (European Territorial Reference Framework) a identifié il y a maintenant près d’un an les principales évolutions affectant les territoires européens. Ces évolutions ont été influencées par les conséquences de la crise financière, économique et institutionnelle qui a débuté en 2008. Mais le projet a aussi souligné que différentes directions futures étaient possibles pour l’Europe, et que ces dernières peuvent être conditionnés dans une certaine mesure, par un processus de définition des politiques publiques à la fois proactif et réactif. Cependant, des évolutions « externes », échappant à l’influence des décideurs politiques, peuvent aussi avoir un impact sur la trajectoire de la société européenne.

Il est ainsi intéressant d’observer que les nouvelles incertitudes créées par la crise du COVID19 peuvent également être lues et comprises – si ajustées en conséquence – selon ces mêmes évolutions. Cela crée d’ores et déjà une base solide pour les décideurs politiques qui devront composer avec les effets de cette crise dans la définition de leurs nouvelles politiques de développement.

 

Présentation vidéo du projet ESPON ETRF par Andreu Ulied

 

 Des sociétés plus changeantes 

Le vieillissement de la population est caractéristique des pays les plus développés et il est lié à de meilleures conditions de vie et de meilleurs soins de santé. La tranche d’âge des + de 80 ans devrait atteindre les 13% en 2080. Cette tendance augmente la pression sur les systèmes de santé européens qui doivent ajuster en conséquence leurs dépenses pour les pensions et la santé des personnages âgées, alors que ces mêmes systèmes reposent sur une main d’œuvre réduite. Cependant, l’économie des seniors ouvre aussi des opportunités de création de nouvelles entreprises et de produits.

Quand, à l’échelle mondiale, la part de population vivant dans la pauvreté a diminué, les disparités au sein de certains pays européens ont augmenté. De même, les différences entre villes, et même à l’intérieur des villes, pourrait devenir un problème croissant. Les villes / régions en mesure d’absorber l’évolution technologique et industrielle pourraient en tirer profit, tandis que d’autres pourraient ne pas être en mesure de maintenir les niveaux actuels de prospérité. Alors que l’Europe attirera probablement de nouveaux migrants (par exemple des pays d’Afrique connaissant une croissance de population rapide), les centres de productions attractifs localisés en dehors l’Europe pourraient quant à eux être à l’origine de la fuite de nombreux talents européens.

En conséquence, les différents groupes sociaux et communautés seront vraisemblablement affectés différemment par les changements technologiques, économiques et environnementaux, qui seront pour certains bénéfiques et pour d’autres défavorables.

Il est probable que les systèmes d’éducation soient également sous pression, et leur capacité à s’adapter à ces changements s’avérera fondamentale. Il sera non seulement nécessaire que les nouvelles générations soient formées à de nouvelles compétences, mais l’apprentissage tout au long de la vie et la formation de la force de travail existante sera aussi nécessaire pour parvenir à suivre la cadence du changement technologique.

 

Économies connectées

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, la croissance économique continuera de se développer plus rapidement dans les pays émergents que dans les pays développés, à l’image de l’Europe. Certains États européens continueront probablement à souffrir du poids de la crise financière et économique, notamment en ce qui concerne le niveau de la dette public. Cet impact demeurera probablement élevé dans certains pays, et les différences entre États membres perdureront.

La séparation entre les services et l’industrie sera moins nette, sous l’influence de nouvelles technologies affectant les deux secteurs. L’économie collaborative et de partage sera probablement davantage développée à la fois au niveau local et mondial. Cela pourrait augmenter la personnalisation des produits et davantage répondre aux besoins des consommateurs, mais d’un autre côté, cela pourrait poser des questions quant à la régulation du travail et aux droits des travailleurs.

Sur le long terme, le commerce mondial deviendra probablement plus adapté que l’échelle européenne, puisque du fait d’une croissance rapide, les économies émergentes deviendront une destination importante pour les exports européens. Sur le court terme cependant, il existe une possibilité de renforcement des mesures de protectionnisme qui pourraient entraver le commerce international, par exemple avec les États-Unis. Dans le même temps, on devrait observer des interconnexions croissantes entre pays et régions, de même que des interdépendances économiques plus fortes et une participation accrue dans les chaines de valeur mondiales.

 

Technologies innovantes  

Numérisation, automatisation, intelligence artificielle, extraction et collecte de données ont déjà commencé à façonner la société et l’économie européenne, et leurs effets se poursuivront dans le futur. Ces évolutions innovantes s’avèrent déstabilisantes sur différents plans, y compris pour l’industrie, l’organisation du travail, les modèles commerciaux, les systèmes de santé et d’éducation, de même que les services publics et privés.

Les nouvelles technologies peuvent avoir des impacts contradictoires. Par exemple, l’usage d’internet peut être source d’autonomie et donner davantage de liberté aux gens, et dans le même temps soulever des questions sur le respect de la vie privée et le partage des données. La numérisation peut quant à elle réduire les distances géographiques et augmenter la proximité virtuelle, augmenter la connexion des lieux reculés et permettre le télétravail.

 

Risques et enjeux environnementaux

La prise de conscience quant aux impacts environnementaux de l’activité humaine va probablement augmenter et se traduire par la mise en œuvre de politiques publiques plus respectueuses de l’environnement. Toutefois, une telle attention et le développement de telles politiques proactives pourrait varier selon les régions, puisque affectées différemment par le changement climatique, et connaissant des niveaux de risque variables.

Les questions environnementales auront des impacts spatiaux importants, en Europe mais aussi dans d’autres pays, notamment en ce qui concerne la décarbonisation des activités industrielles, les différents modes de production d’énergie et les changements radicaux des transports et systèmes de chauffage. Les préoccupations concernant la perte de la biodiversité et la destruction de l’habitat ainsi que la transition vers une économie circulaire ne seront pas seulement sources de défis pour aboutir à une transformation fructueuse, elles créeront aussi des opportunités pour la croissance et l’émergence de nouveaux secteurs de l’activité économique.

Globalement, on peut penser que des technologies plus abouties et un comportement humain plus responsable conduiront à une réduction des impacts environnementaux en Europe, en partant du principe que les réglementations environnementales et les politiques publiques permettront une telle évolution positive.

 

Pour plus d’informations sur le projet ETRF et pour lire le rapport sur la page du projet.