Régions en déclin : un nouveau paradigme démographique et territorial

Commanditaire : Parlement Européen – Département Politiques structurelles et de cohésion
Date : Juillet 2008
URL :
http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/etudes/join/2008/408928/IPOL-REGI_ET(2008)408928(SUM01)_FR.pdf

Description de l’étude

L’Union européenne constitue actuellement avec la Russie et le Japon la partie du monde qui devrait connaître la croissance démographique la plus faible dans les années à venir (2030). Au-delà des questions de politique extérieure, ces évolutions ont également un impact sur les évolutions régionales et locales. C’est donc l’ensemble de la politique de cohésion économique, sociale et territoriale qui est concerné par les phénomènes démographiques contemporains.

L’apparition d’une décroissance démographique à l’échelle de régions entières vient s’ajouter et parfois se confondre avec les problématiques de disparités de développement qui sont traditionnellement au cœur de la politique de cohésion de l’Union européenne. De l’avis des auteurs, ceci doit conduire à repenser cette politique dans toutes ses dimensions : économique, sociale, environnementale et surtout territoriale. Les réponses au problème de la décroissance démographique passeraient ainsi par la mise en place d’une gouvernance multi-scalaire impliquant des niveaux d’intervention à la fois suprarégionaux (Union européenne, Etats), infrarégionaux (autorités locales, agglomérations) et transrégionaux (espaces transfrontaliers, marges internes).

Accès et téléchargements

Rapport et présentation
Rapport final (fr)
Rapport final (en)
Rapport final (de)
Présentation réalisée au Parlement Européen

Cas d’études
La Bretagne : un contre-exemple ? (fr)
La Basilicate (Italie) (fr)
Vieillissement et aménagement : le laboratoire japonais (fr)
La Moldavie roumaine (fr)
L’Upper Norrland (Suède) (en)

Méthodes et données
Une typologie fondée sur les scénarios d’Eurostat (2005-2030) (fr)
Un indicateur synthétique de vieillissement régional (fr)
HyperAtlas Shrinking regions

Aperçu

shrinking_regions_visuel1

La typologie des « Shrinking Regions » comporte quatre types selon que la décroissance de population en 2005-2030 est presque certaine, probable, improbable, très improbable.
Les « Shrinking Regions » sont plus nombreuses dans les anciens pays socialistes et dans les pays méditerranéens. Toutefois presque tous les pays de l’Union européenne comportent au moins une région en décroissance démographique probable ou très probable au cours des 25 prochaines années et le phénomène tend à se diffuser spatialement.

 

shrinking_regions_visuel2

Que la région connaisse une croissance, une phase de stabilisation ou un déclin démographique, les phénomènes de déprise concernent essentiellement les zones rurales, faiblement peuplées et isolées. En revanche, les grandes villes font souvent preuve d’un certain dynamisme. Il en va de même pour les communes situées à proximité des grandes villes, du fait du mouvement de périurbanisation.

 

shrinking_regions_visuel3

L’indicateur de développement démographique durable, défini comme le rapport entre l’espérance de vie en bonne santé et l’âge moyen des habitants constitue également un indicateur innovant dans la mesure où il ne se base pas sur des classes d’âge prédéfinies (0-19, 20-64, 65 et +) qui ont tendance à figer les individus dans des rôles précis (« jeunes », « actifs », « vieux »).
Ce qu’exprime cet indicateur est un potentiel de vie restante (pourcentage des années vécues par rapport aux années restant à vivre) qui ne préjuge pas des usages économiques ou sociaux qui peuvent en être faits par une société. Une région âgée peut avoir un bon indice de développement démographique durable si les personnes qui y vivent sont susceptibles d’y vivre longtemps et en bonne santé. Elle dispose alors de nombreuses solutions pour tirer le meilleur parti de ce potentiel. Inversement, une région apparemment jeune peut avoir un mauvais indicateur de développement démographique durable si ses habitants ont une faible espérance de vie en bonne santé et disposent de peu de perspectives au-delà de leur période d’activité. Par rapport aux classiques « taux de dépendance » qui ne s’intéressent qu’à la période d’activité et à l’âge légal de la retraite, l’indice de développement démographique durable considère la longévité et la qualité des équipements sociaux comme un facteur positif et non pas un problème.